«Valorisation de quatre plantes endémiques et indigènes des Comores» Comores-web


Plectranthus amboinicus, Coleus amboinicus, (p...

Plectranthus amboinicus. Wikipedia

Mardi 21 septembre dernier à 14h30 à l’Amphithéâtre Charpak de la Faculté des Sciences et Technologies de l’île de la Réunion, Mohamed Said Hassani a soutenu sa thèse de Chimie, intitulée : « Valorisation de quatre plantes endémiques et indigènes des Comores », sous la direction de Madame Anne BIALECKI, Maître de Conférences H.D.R., Université de La Réunion. Cette thèse comprend quatre chapitres dont chacun est consacré à l’étude chimique et biologique d’une plante endémique ou indigène de l’Archipel des Comores.
Le premier chapitre étudie la composition chimique de l’huile essentielle des feuilles de Laggera alata var. alata (D. Don) Schp. Ex Oliv (Asteraceae) : Plante pantropicale, sélectionnée pour sa richesse en huile essentielle. Le deuxième chapitre présente la composition de l’huile essentielle des feuilles de Plectranthus amboinicus. Plectranthus amboinicus (Lour.) Spreng (Lamiaceae) : Plante pantropicale, choisie pour sa richesse en huile essentielle et ses nombreuses utilisations traditionnelles aux Comores.

Dans le troisième chapitre, la comparaison des huiles essentielles de feuilles, de fruits et d’écorce d’Ocotea comoriensis Ocotea comoriensis Kostermans (Lauraceae) : Endémique de l’Archipel des Comores, elle a été sélectionnée pour son endémicité et pour sa richesse en huile essentielle. Le quatrième chapitre décrit les résultats obtenus pour l’huile essentielle extraite des feuilles de Teclea boiviniana Teclea boiviniana (Baillon) H. Perr (Rutacées) : Sélectionnée pour son endémicité et son utilisation traditionnelle, tant sur l’aspect médicinal que spirituel.

Rappelons que Mohamed Said Hassani est un écologiste de longue date, membre fondateur connu de l’Ong Ulanga-Ngazidja. Said Hassani est aussi un grand commis de l’Etat. Il a eu à occuper plusieurs postes de responsabilité notamment comme directeur de la pharmacie nationale d’approvisionnement des Comores (Pnac). Il est actuellement enseignant chercheur à l’Université des Comores et au Cndrs. C’est un des spécialistes des plantes médicinales et aromatiques de notre pays dont il a consacré de nombreuses études. Cette thèse n’est que la consécration d’une passion, jamais remise en cause.

Mmagaza
Publié par: HZK-Presse: 25/09/2010 – 20:14:28

Lire l’article sur sosdemocratiecomores.skyrock.com

« Valorisation de quatre plantes endémiques et indigènes des Comores » | Comores-web.

Annunci